The actual language tag is : en-US

               

                                                                                            

Cart empty
On the road again
A A A

Définition de la Zoothérapie 

La zoothérapie est une thérapie à médiation qui permet, avec des animaux spécifiquement, de maintenir ou d'améliorer un état de bien-être physique, mental, affectif et social.

Les animaux nous veulent du bien et il est démontré que leur présence nous rend plus heureux et en meilleure santé mais connaissez-vous l’étendue de leur pouvoir guérisseur ? Nous sommes bien loin de soupçonner leur incroyable talent pour nous aider à soigner nos blessures émotionnelles, physiques, mentales ou encore spirituelles. En effet, les animaux, qu’il s’agisse d’un chat, d’un chien, d’un cheval ou encore d’un poisson, peuvent nous accompagner sur le chemin de la guérison.
Pour désigner l’impact positif de la présence d’un animal, on parle de zoothérapie aux États-Unis tandis qu’en France, on utilise plutôt les termes de médiation animale. C’est-à-dire que les spécialistes considèrent les animaux comme un intermédiaire de soins ou un facteur contribuant à l’amélioration de la vie quotidienne. La médiation animale ne guérit pas, à proprement parler, mais la vie des personnes qui côtoient les animaux s’en trouve simplifiée et allégée. Qu’il s’agisse d’animation ou de thérapie, chaque animal détient un pouvoir très spécifique. Découvrons-les ensemble !
Le dénominateur commun : l’amour !
Avoir un animal de compagnie, c’est une histoire d’amour et d’empathie qui nous rend meilleurs. Pendant longtemps, la relation entre l’homme et l’animal s’est basée sur un rapport de nécessité et d’utilité. Aujourd’hui, ils font partie intégrante de la famille et suscitent en nous toute une gamme d’émotions, voire de sentiments. Leur dévouement, leur affection, leur soutien infaillible, leur générosité, leur amour inconditionnel nous inspirent, parfois à notre insu, et nous incitent à devenir une meilleure version de nous-mêmes. Avoir un animal de compagnie nous aide à développer notre empathie mais cela nous permet surtout de nous relier à une forme d’amour pur et désintéressé.
D’ailleurs, le simple échange de regards entre un maître et son chien ne permet-il pas d’augmenter la production d’ocytocine, également appelée l’hormone du bonheur ?
Le pouvoir thérapeutique de quelque animaux :
 Le pouvoir thérapeutique du chat
Certains peuvent en douter mais la ronronthérapie est une thérapie d’une efficacité à toute épreuve ! Dites adieu au moral en berne, au stress, aux insomnies ou aux crises d’anxiété : la présence d’un chat à nos côtés est synonyme de véritables bienfaits thérapeutiques. Considéré comme étant le meilleur anti-stress de l’homme, le chat aide également à soigner certains troubles psychiatriques et a une influence positive sur la maladie d’Alzheimer.
 Le pouvoir thérapeutique du chien
Le chien incarne des valeurs de sécurité et de fidélité. Il perçoit probablement beaucoup plus de choses que nous et l’empathie dont il fait preuve lui permet de décrypter immédiatement l’état moral et psychologique des personnes qui l’entourent afin d’agir en conséquence. Son altruisme et son instinct de protection à notre égard sont si forts qu’il œuvre constamment dans le but de nous apporter du réconfort, du bien-être et du bonheur.
Mentionnons aussi le fait que le chien contribue grandement à booster notre activité physique et à limiter d’éventuels problèmes cardiaques, d’hypertension artérielle et de cholestérol.
 Le pouvoir guérisseur du cheval
Le cheval est également un allié de taille pour atteindre et maintenir une meilleure santé physique et mentale. L’équithérapie permet notamment d’améliorer l’estime de soi et la confiance en soi tout en favorisant l’autonomie, la communication et la concentration. Cette thérapie est également recommandée pour les personnes souffrant de handicaps mentaux, physiques ou sensoriels.
 Le pouvoir guérisseur du poisson
Le poisson permet de faire baisser la tension car le simple fait de l’observer dans son milieu aquatique apporte apaisement et calme et améliore notre humeur et notre concentration. De plus en plus d’hôpitaux s’équipent d’aquariums après avoir constaté les bienfaits des poissons sur les malades, leurs familles et le personnel soignant.
Cette liste n’est évidemment pas exhaustive car chaque animal a des effets bénéfiques très spécifiques sur l’homme. Trouvons l’animal de compagnie idéal, inspirons-nous de sa profonde « humanité » et laissons-nous guider par sa sagesse.
…….
HISTORIQUE DE LA ZOOTHERAPIE 

9ème siècle - Le premier programme de zoothérapie a été enregistré dans la ville de Gheel en Belgique. Il s’agissait de confier la garde d’oiseaux à certains malades pendant leur convalescence afin de leur rendre un minimum de confiance en eux-même.
1796 - l’anglais William Tuke, après avoir été outré des conditions de vie des malades mentaux d’un asile d’aliénés de la ville de York, fonda l’institut York Retreat. L’un des nouveaux traitements consistait à donner des lapins et des volailles aux patients afin qu’ils veillent sur eux et les soignent, les rendant ainsi responsables.
1867 - dans la ville de Bielefeld en Allemagne, on soignant aussi certains épileptiques grâce aux contact d’oiseaux, de chats, de chiens et de chevaux.
1937 - Freud s’est rendu compte que “les enfants n’ont aucun scrupule à considérer les animaux comme leurs semblables à part entière. Ils se sentent davantage apparentés aux animaux qu’à leurs parents, qui peuvent bien être une énigme pour eux. Dans un premier temps, la ressemblance est du côté de l’animal, la différence du côté de l’adulte”.
1953 - Boris Levinson est considéré comme le père fondateur de l'observation de la relation homme/animal dans un contexte thérapeutique. Ce thérapeute américain observe les effets inattendus de la présence de sa chienne sur un enfant replié sur lui-même.
1976 - Ange Condoret, vétérinaire français, entreprit des expériences avec des enfants souffrant de problèmes de langage, après être entré en contact avec B. Levinson. Sur la base de ses observations et travaux de recherche, il définit une nouvelle méthode adaptable à chaque enfant : l’IAMP ou Intervention Animale Modulée Précoce. Celle-ci consistait à favoriser chez des enfants de maternelle, qui avaient des troubles de la communication, la communication non verbale (tactile, gestuelle, olfactive…) en les mettant en contact avec des animaux variés, afin de les stimuler, de les rassurer, cela pouvant aboutir à un développement plus rapide de la communication verbale et à des échanges plus aisés avec autrui. Cette méthode permettait aussi la détection précoce de troubles de la communication.

 

Références bibliographiques


https://www.fundacion-affinity.org/fr/chiens-chats-et-personnes/des-animaux-qui-soignent
https://www.affinity-petcare.com/fr/votre-animal-fait-du-bien-a-votre-coeur
https://www.sunrisemedical.fr/blog/equitherapie
https://www.scienceshumaines.com/les-animaux-peuvent-ils-nous-soigner_fr_34812.html
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/01/22/21883-incroyables-bienfaits-aquariums-dans-hopitaux
http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-faites-la-foire-ils-gardent-le-chien-02-05-2019-8064615.php
https://www.huffingtonpost.fr/florent-chapel/affinity-therapy-autisme_b_6864262.html

 

 

 


Les bienfaits de la zoothérapie
Quelle que soit la nature et la durée d'un programme d'activités, l'animal s'avère être un "outil" précieux. En effet, il permet de diminuer l'anxiété face à un intervenant inconnu. Il sert alors de médiateur pour l'équipe soignante ou encadrante.

L'animal est une source d'affection inconditionnelle, il ne juge pas, il peut contribuer à supporter une peine mais aussi favoriser le jeu et les rires.

 


Revalorisation externe
L'animal améliore les capacités de réflexion
• Climat de confiance : l'animal facilite et améliore la communication dans le groupe et avec l'intervenante.
• Captation de l'attention : l'animal améliore les capacités de réflexion.
• Augmentation de l'estime de soi : l'animal permet la revalorisation de soi.
• Renforcement du contact avec la réalité.
• Sentiment d'utilité.
• Amélioration du moral.
• Modification des comportements sociaux : sourires échangés, harmonie, cohésion, ludisme...



Stimulation sensorielle
Communication non verbale
• Effet apaisant, calmant : d'où diminution de la tension artérielle, de l'irritabilité et du stress.
• Stimulation de la mémoire : Rappel des souvenirs, des expériences passées. Constitution d'une porte d'entrée à la communication verbale entre l'intervenant et la personne.
• Stimulation sensorielle : exercice de la motricité des membres supérieurs et inférieurs à travers la recherche du contact avec l'animal.
• Communication non verbale avec les personnes âgées au stade très avancé d'une démence type Alzheimer ou les enfants autiste ou autre, en privilégiant le contact visuel, le toucher, l'observation des mouvements et des émotions…
Les animations apportent un plaisir ludique, nouveau et cassent la routine de la réalité quotidienne des personnes éprouvant des dysfonctionnements cognitifs, psychologiques, physiques et sociaux.
L'animal agit comme facilitateur social au sein des établissements. Il favorise le contact et les interactions des participants, des professionnels et des familles. Il permet ainsi d'engager des sujets de conversations neutres, éloignés des préoccupations habituelles, parfois non constructives et décourageantes, des patients et de leurs proches.

 


Stimulation de la mémoire
Responsabilisation
Les premières visites sont fondées principalement sur la présentation des résidents, des animaux et de l' intervenant, puis sur la stimulation de la mémoire, la responsabilisation, la notion d'utilité, l'amour inconditionnel, le "toucher" et les souvenirs du passé dans une ambiance dénuée de toute agressivité.